40 ans depuis le jugement de Paris et toujours le même duel USA vs France

 

En 1976 avait lieu la dégustation à l’aveugle à Paris qui allait révolutionner la culture Française et le vin comme jamais!

 

Les plus grands, dont le père de la fameuse DRC de Romanée Conti et tout le gratin des critiques de la France, allaient à l’aveugle placer les vins américains sur la première  place devant les crus Francais! On peut considérer qu’être meilleur qu’un Meursault Charmes et un Mouton Rothschild c’est être un bon vin. Pourtant aujourd’hui encore, avec une sélection limitée et de faible qualité de vins californiens, on continue de faire croire aux consommateurs français que la Californie ne produit toujours pas de bons vins.

LES RESULTATS DU JUGEMENT de 1976:

Vins Blancs (Chardonnay) :

  1. États-Unis – Chateau Montelena 1973
  2. France – Roulot (Meursault Charmes) 1973
  3. États-Unis – Chalone Vineyard 1974
  4. États-Unis – Spring Mountain Vineyards 1973
  5. France – Joseph Drouhin Le Clos des Mouches (Beaune) 1973

Vins Rouges :

    1. États-Unis – Stag’s Leap Wine Cellars 1973
    2. France – Château Mouton-Rothschild (Pauillac) 1970
    3. France – Château Montrose (Saint-Estèphe) 1970
    4. France – Château Haut-Brion (Pessac-Léognan) 1970
    5. États-Unis – Ridge Vineyards Monte Bello 1971

 

 

Aujourd’hui, les États-Unis sont devenus le premier pays consommateur de vin avec un marché domestique de presque 40 Milliards de $. Contrairement au marché Chinois incertain, celui des USA est en constante augmentation et les vins fins s’y portent très bien.

Voici que 40 ans plus tard, le duel Californie vs France frappe à nouveau mais cette fois ci, dans le marché des WineTech et du distributeur de vin au verre.

 

Dans le coin droit, venu de France, le Nespresso du vin qui a fait sensation au CES 2016 : la machine Dvine à 890 Euros de 10vins. Avec le look d’une grosse machine à café et ses tubes de petits chimistes, l’appareil est soignéee et semble d’une grande qualité. En plus d’optimiser l’oxygénation, l’appareil inclu aussi une fonction de régulation thermique qui permet de mettre à température le vin.
10-Vins soutient que les flacons peuvent se conserver plusieurs années.

 

Avantages :
+ Un verre à la fois et sélection haut de gamme (à la Nespresso)
+ La mise à température pour une meilleure expérience
+ Le conditionnement unitaire facilite l’expérimentation et la dégustation

 

Désavantages :
 

 

– Le prix de l’appareil

 

– La taille de l’appareil qui peut prendre de la place sur le comptoir de cuisine.
– Le coût au 75cl est de 15 euros à 120 euros.

 

 

Dans le coin gauche, venu de la Californie, la version Keurig qui tient dans la main la smart bottle de Kuvée. La bouteille intelligente est munie d’un écran tactile et permet de faire des sélections directement sur l’appareil comme avoir des informations sur le vin et bien sûr d’en commander… Par contre, la sélection de vin est encore limitée. De plus, il n’y a pas de protection du vin avec de l’argon ou de mise à température. La sortie dans les médias était parfaitement orchestrée relayé dans le monde entier. Nombreux journalistes avaient eu un prototype à l’essai et certaines critiques, assez sévères, prouvent la transparence des essais. On se questionne sur les qualités de conservation simplement avec le contenant en aluminium.
Avantages :
+ Prix de l’appareil seulement 200$
+ Design actuel avec l’écran et un encombrement minimal
+ Flacons standards (750ml)

 

Désavantages :

 

– Sélection limitée (5 vignobles seulement)

 

– Protection limitée contre l’oxydation et le vieillissement
– Pas de mise à température pour la dégustation ou la conservation

 

En 1976 la France jouait le gros joueur et a perdu. Le ministre Macron et la FrenchTech doivent continuer de solidement accompagner la startup Nantaise, car le nouveau joueur a de quoi inquiéter et affiche clairement son but : devenir l’intérmédiaire du vigneron au verre!

 

Si du point de vue gustatif et technique le produit de 10-vins est supérieur, on ne peut  compter que sur les Grands Crus de France pour gagner face à une machine américaine et les canons de la Napa. Dans ce duel on parle en plus d’une wineTECHNOLOGY, la Silicone Valley et San Francisco savent élever des licornes* et ont les poches profondes (*Unicorns pour startups milliardaires Uber, Google, Apple…)
AVANTAGES FRANCE🇬🇵
1) Répond à un besoin d’une experience optimale au verre (température et oxygénation)
2) Une technologie de service qui ne souffre pas de l’évolution des écrans
3) Une sélection variée et de qualité
AVANTAGES CALIFORNIA🇺🇸
1) La pertinence économique d’un conditionnement si petit (un verre à la fois) et le coût du vin au litre pour un format propriétaire.
2) Prix d’achat et encombrement
3) Kuvée a obtenue à sa 1ère levée de fonds 6 millions : 2x plus que 10-vins en deux ans.
Premièrement, ma logique d’ingénieur voudrait que le contenant de 75cl soit celui de la Dvine étant une machine fixe et au contraire pour Kuvée en portatif j’aurais vu des doses uniques!
Ensuite, les critiques des testeurs sur l’écran sont dures. L’écran du téléphone sera toujours supérieur, Kuvee veut vendre du vin et pas des appareils. Leur point faible est clairement un hardware (simili Iphone) qui va devenir obsolète. On changera son téléphone et on  trouvera l’écran Kuvée de plus en plus mauvais, sans compter la durée de vie de la batterie.
Autre upercut à la portée des Français, mettre en avant l’experience. À force de vouloir vendre du vin, on a oublié l’intérêt du consommateur!
Si j’étais au marketing de 10-vins, la revanche de la France 40 ans après le jugement de Paris, serait justement une dégustation à l’aveugle à Napa du même vin californien avec les deux technologies. Sur le papier 10-vins devrait être supérieur!

 

Sans faire l’oiseau de malheur, j’ai peur que le Nespresso du vin une startup de France puisse avoir du mal à avaler cette nouvelle Kuvée qui vient de sortir lundi 28 mars 2016!

 

Une #WineTech = Une Technologie pour le Vin, soit une application ou une technologie cherche souvent à devenir un intermédiaire pour vous vendre du vin.

 

Enfin, le pionnier et leader du vin au verre a été élu 6ème companie la plus innovante dans la food industry par FastCompanyCoravin.
Vous sortez la bouteille à la bonne température de la cave et il ne vous reste qu’à oxygéner le vin dans le verre. Un produit qui fait très bonne presse, car bien fichu. Un bel outil de pro pour 299$ dans l’ancienne version et 350$ la nouvelle.
Coravin propose de ne pas enlever le bouchon pour boire un verre! Cet ingénieux système permet donc de faire un test de chaque bouteille de votre vertical tous les ans! Vous faites votre « prise de sang annuelle ». Son inventeur, le chirurgien Greg Lambrecht, a eu ce rêve et  l’a concrétisé dans son garage avec des prototypes utilisant des seringues médicales. Rencontré à San Francisco au BonAppetech, j’ai aussi beaucoup de respect pour le personnage et son parcours d’entrepreneur.
De notre coté, chez Cellier Domesticus, on continue à être loyal aux amateurs de bouteilles couchées qui ont le soucis de respecter la zone de confort de leurs vins favoris. On ne vend pas de vin, à la manière de Coravin.

Santé,

Franck Boulbès CEO-Président

Certified optimal temperature.wine 
temperature.vin certifiée optimale

Robert Parker arrête la notation, mais blâme en partant l’élitisme des Bordeaux…


Après la bombe de Mr Robert Parker de ne plus faire la notation des Bordeaux, il poursuit avec une sortie contre ces mêmes vins, auxquels il reproche d’être trop chers et élitistes.

Lui qui est pourtant venu au monde du vin grâce à Bordeaux et son millésime 1982, on pourrait se demander pourquoi tant d’amertume! On sait qu’il aime le rond le généreux, ce petit goût pincé n’est pas à son palais.
C’est vrai qu’il est pourtant accessible le grand gourou de la notation du vin et son système se voulait un outil pragmatique pour populariser le vin et son plaisir. 
Sa sortie de la notation des Bordeaux avant sa critique prouve qu’il voulait être libre de dire ce qu’il pense sans être taxé d’être intéressé ou d’influencer le marché. On ne peut qu’approuver son éthique. Il va même jusqu’à décourager d’acheter le vin comme un investissement.

Mais qu’il le veuille ou non il est le créateur de l’outil de spéculation et le Wine Advocate influencent le vin comme les agences de cotation influence le marché boursier.


Il a également raison quand il prédit des marchés asiatiques d’être de plus en plus éduqués. Mais cela n’enlève en rien au potentiel de croissance de la demande élitiste des Grands Crus. Il a peut être raison sur l’oubli français que  » le vin est un produit culturel » . Mais l’héritage culturel de la France est justement indissociable du pays, même si ses habitants peuvent parfois l’oublier. Le vin reste une histoire de traditions, de terroirs, le classement 1855 et la note du Wine Advocate vont faire son prix. Il est en droit d’en vouloir à la suffisance de certaines de ces grandes maisons Bordelaises, mais il est difficile de croire qu’ils ne vont pas continuer à renforcer leur position sur le marché des riches. D’ailleurs l’acquisition de Châteaux à Bordeaux par de riches asiatiques pour revendre les bouteilles directement en Asie à gros prix, contribue à l’inflation. C’est un mouvement extérieur aux Français.  Le Wine Advocate est lui aussi passé à des investisseurs asiatiques, d’ailleurs! Ce n’est donc pas du snobisme, mais la mondialisation la grande cause. Il serait difficile de croire que dans le vin les très riches ne vont pas continuer à être plus nombreux et à posséder de plus en plus. Si la demande augmente mais que l’offre pour cette élite ne suit pas, il arrivera ce qui est arrivé avec les derniers millésimes, le prix continue augmente avec la rareté pas la qualité.

  Enfin la dernière ironie du succès planétaire de Mr Parker est d’avoir annoncé il y a dix ans que les bouchons de lièges allaient disparaitre. Pourtant aujourd’hui il est l’ambassadeur du très intelligent produit Coravin, une belle innovation pour déguster un verre sans déboucher la bouteille. Un produit que la presse française de façon flatteuse avait mis dans les 4 innovations du futur du vin aux cotés de Cellier Domesticus. Sauf qu’il faut que la bouteille soit avec un bouchon en liège! Preuve qu’il est difficile de prédire des tendances. En effet le jugement imparable à la dégustation de Parker ne peut en faire un gourou de toutes les tendances du vin. Rendons à César ce qui est à César et à Mr Parker d’essayer d’avertir Bordeaux des dangers des excès, le vin est toujours meilleur avec modération!
 
Franck Boulbès CEO of Cellier Domesticus
Empowering #winelovers with better wines & less energy!