Le secret de notre brevet, la température de garde VIVANTE

Maintenant propriétaires de notre idée, voici le génie en arrière du fameux brevet :
Nous avons utilisé les meilleures technologies digitales pour reproduire fidèlement une pulsation analogique(naturelle) et logique pour le vin ou l’énergie : La pulsation des saisons. En s’appuyant sur l’évidence des zones tempérés et le climat propice et nécessaire à la viticulture.

On nous demande souvent :
 « Quelle est la bonne température pour ma cave à vin 12°C ou 14°C? » 

Aucune des deux ou plutôt les deux mon capitaine!!! Faudrait encore que la température affichée soit effectivement la température réelle. Je reste critique de la mode des multi-zones bas de gamme pour le services avec un seul compresseur. Vous avez deux voitures, mais partagez le même moteur… Il sera difficile d’aller vraiment à deux endroits.
On a remarqué plusieurs variations journalières de plus de 4°C même chez le leader de l’industrie à 4000$. Imaginez à deux zones pour moins de 1000$!!!
Oui on parle bien de température de garde et pas de service.
Le vin est VIVANT, encore dans la bouteille. La vie, tel le coeur s’exprime souvent par une pulsation. Les saisons existent même à 10 mètres de profondeur, d’une cave de France. La variation y est douce et jusqu’à 10 degrés. En revanche la variation journalière peut-être bien inférieure au degré.

À la question « Quel profil choisir, j’aime tout? »

Soit vous optez :
-pour le choix homogène (type 2) ex Bordeaux
-pour plus froid ex Bourgogne/Champagne (type 1)
-ou plus chaud’ ex Italie/Nouveau-Monde (type 3)

Comme certains restaurants vous pourriez aussi opter pour l’efficacité énergétique, aucun problème la reproduction de saisons ne va pas nuire à la facture d’électricité.
Suivant vos goûts : un Champagne ou Bourgogne nécessite une certaine fraicheur l’hiver, un ‘repos’ et surtout jamais trop de chaleur.
Tandis qu’un toscane ne veut pas dormir et doit avoir un ‘boost’ en été.
Les vins comme le climat de leurs vieillissements doivent idéalement tenir compte du terroir d’origine et de son climat!

N’essayez pas à la maison, sans Cellier Domesticus de reproduire les saisons, votre thermostat ou les bouteilles vont prendre un choc thermique et on sait que le vin n’aime pas les chocs 😉 Mais surtout il n’ont surement pas une sonde assez précise pour vous le permettre. Vérifiez simplement avec un bon thermomètre numérique pendant le fonctionnement de la réfrigération.
Si vous avez des questions ou des suggestions sur nos profils de conservation, n’hésitez pas à nous contacter à

contact@cellierdomesticus.ca

By Franck Boulbès, #winelover and #wine #cellar expert
CEO of Cellier Domesticus
@franckyboulbes

https://ca.linkedin.com/in/franckboulbes
www.cellierdomesticus.ca

This post is my individual opinion and does not necessarily represent Cellier Domesticus and I am not being paid by any other company to promote any products in my posts.

Publicités

Du vin vivant et nature, Le vin humanisé !

David Ward et Philip Morisset proposaient une dégustation de vin nature au Pastaga ce 19 mai.

Bien entendu quand on parle nature, on pense biologique, et parfois le débat s’enlise sur les sulfites et la notion philosophique de la chose.
Mais la rareté de ces produits sur les tablettes de la SAQ, m’incite à vous amener à profiter de ces occasions qu’offrent les importateurs de déguster pour un petit 5 dollars une ou plusieurs doses des 6 vins proposés.

Ce que j’aime particulièrement avec Philip c’est l’histoire du personnage en arrière de chaque bouteille, on voyage on se projette et on comprend mieux qui fait le vin et comment.
Au delà de l’impact d’une culture raisonnée et respectueuse de son environnement, avec les promoteurs des vins natures, il y a cette passion et cette convivialité qui rend le « jus » encore meilleur.
Nous étaient présentés par David Ward et son agence Ward & associés :
De belles bulles autrichiennes avec le Frizzante, une belle texture et délicat à servir bien frais:

Le gamay très sympathique et gouleyant Ultimatum Climat (27.50$):

Un hit en apéro avec de la charcuterie cet été, à ne pas servir trop chaud.

Le Gaillac plus astringent qui aurait mérité un accompagnement à manger (20.30$):



De son coté Philip nous proposait un fabuleux Chenin Blanc de la Loire tout à fait extra :
La roche Bézigon (32.53$):

Son 50/50 gamay et pinot noir encore de la Loire facile à boire et avec du caractère et un joli poivré.

Le MC2 (23.75$):


Enfin l’italien labouré avec un Cheval Français Titouan dont s’inspire le nom qui plaira à tout le monde (27.24$):



Bref on en avait pour son argent et sans avoir besoin d’être un Bobo du plateau qui fait du vermicompostage, il y a un vin nature taillé pour chacun.

Liens vers les sites des importateurs David Ward et Philip Morisset :
https://www.facebook.com/pages/Ward-associés-représentants-en-vin/316873298345468
http://www.vinlibre.ca

Contact:
philip@vinlibre.ca

Listing de prix:
https://docs.google.com/file/d/0BzFNuSJ4d1BjTHd3Q2hjMDFHY28/edit (Philip Morisset)
https://drive.google.com/file/d/0BzFNuSJ4d1BjOGRhbWZCZEF0a2M/edit?usp=sharing (Ward & Associés)