Isolé aux confins de l’Europe et confronté aux vents de l’Atlantique, ce dernier a forgé mon caractère. Ma gastronomie ne se résume pas qu’à la morue salée, ou aux sardines  grillées.

Et le vin dans tout cela ? Grâce aux conquistadors et les nombreuses voies maritimes, cela m’a permis de dominer et conquérir le monde, aussi bien sur le vieux continent que le nouveau. Dans le passé, j’ai fait de la concurrence aux Bordeaux, Londres en était ravi. D’ailleurs, les anglais apprécient un de mes breuvages les plus emblématiques et qui porte le nom d’une de mes villes : Porto.

Pays aux plus de 250 cépages autochtones. Là où mes « Quintas » ne se ressemblent pas, ne vous fiez pas à ma taille, je suis la 8ème plus grande surface vinicole dans le monde. Je suis composé de régions très différentes et c’est ce qui fait ma richesse : je suis le Portugal.

À l’occasion d’une rencontre professionnel sur la découverte des vins du Portugal à la cité des sciences de Montréal, nous avons pu découvrir et redécouvrir la particularité des vins du Portugal, entre rosé, blanc, rouge ou encore leur fameux Porto voici nos impressions.

IMG2_094
Les représentants des « Quintas » venus présenter leurs importations privées

La première information qu’il est important de notifier c’est qu’il ne faut surtout pas faire l’analogie des vins portugais avec leurs confrères espagnols. Le climat océanique et les falaises permettent de créer un environnement adéquat au développement de la vigne. En hiver, la température ne descends pas en dessous 0°C, l’été peut être très chaud par endroit mais ne dépasse pas les 30°C en moyenne. Avec ces conditions, on se rapproche plus des Bordeaux. Par ailleurs et comme précisé en haut, par la présence de l’estuaire du Tage, le Portugal s’est vu concurrencer les vins de Bordeaux dans l’exportation du vin et en particulier vers Londres. Au XVIIè siècle, les vins portugais représentaient alors la boisson alcoolisée la plus consommée en Europe.

Mais le saviez-vous ? 80% des portugais, en âge de consommer du vin, ne boivent que du vin local, pourquoi ?

Les particularités, c’est bien le climat et les différents cépages parfois mélangés qui ne permettent pas de définir une DOC (Denominação de Origem Controlada) par son cépage. En plus des nombreuses régions micro-climats, on peut retrouver plusieurs cépages dans un même rang, une même parcelle. Le pourcentage de cépages est très rarement affiché car le mélange est fait souvent dès la récolte.

IMG2_079.jpg
La viniculture, un domaine uniquement masculin ?

Pour exemple la vallée du Douro au nord du Portugal produira des cépages comme le Touriga Nacional, qui est l’un des cépages conseillés pour le Porto. Alors que des cépages comme le Castelão atteint son potentiel sur des sols sablonneux, dans le sud de la péninsule de Setúba par exemple.

Retenez que les vins blancs comme l’Alvarinho du Nord dans le Vinho Verde offrent  une belle fraicheur et sont très faciles à boire. Tandis que les « Vinho Tinto » par les conditions climatiques océaniques, sont des vins généralement aromatiques.

Pour les collectionneurs, voici la pépite découverte lors de la dégustation à laisser en cave quelques années : Disponible en ligne ou à la SAQ Signature (moins de 20 bouteilles au Québec…)

IMG_2151-2

Sinon très agréable ce blanc beaucoup plus abordable, en quantité limitée aussi mais disponible dans presque tout le Québec : Pazo de Senorans Albarino 2016

IMG_1915.JPG

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s